Elizabeth Shirt sur les solutions axées sur les marchés pour l’environnement

Cet entretien avec Elizabeth Shirt fait partie d’une série qui explore comment l’investissement dans des solutions fondées sur la nature génère des effets positifs sur l’environnement, la société et l’économie, pour un avenir meilleur pour tous.

Elizabeth Shirt est directrice générale de la série GLOBE. Elle possède près de 20 ans d’expérience dans les domaines de la durabilité, de l’innovation, de l’énergie et des technologies propres. Elle a passé sa carrière à travailler avec l’industrie, les innovateurs, les investisseurs, les gouvernements et les organisations environnementales à la recherche de solutions qui accéléreront un avenir plus propre et plus durable.

Dans le cadre de la série d’entretiens avec des leaders d’opinion de Projet New Acre, Elizabeth partage son point de vue sur la demande croissante et le besoin de solutions fondées sur la nature.

A wetland in ALUS Parkland, Alberta.

Elizabeth Shirt, directrice générale de la série GLOBE.

Parmi les investisseurs et les chefs d’entreprise, la conversation sur la durabilité englobe le soutien et le financement des solutions fondées sur la nature comme un élément essentiel pour atteindre les objectifs en matière de carbone et le zéro émission nette.

« Les solutions fondées sur la nature sont judicieuses sur le plan commercial et économique et encouragent les entreprises à tenir compte de leur impact sur l’environnement et de ce que cela signifie pour les ressources limitées. Cela nous permettra d’avoir des institutions plus rentables à long terme », affirme Elizabeth.

C’est l’un des principaux thèmes du Forum GLOBE 2022, le précurseur des sommets consacrés aux entreprises et à l’innovation durables en Amérique du Nord.

L’événement, organisé par GLOBE Series et qui se tient deux fois par an depuis trois décennies, est passé de la sensibilisation aux risques et aux opportunités en matière de durabilité et à la crise climatique à l’accélération des solutions et des stratégies d’action. Aujourd’hui, la discussion entre les acteurs du marché est de plus en plus axée sur les infrastructures vertes et bleues, les possibilités de bonifier la résilience grâce à la stratégie nationale d’adaptation du Canada et le rôle des investissements dans un avenir plus durable.

L’un des thèmes du forum GLOBE de cette année est Au-delà du zéro émission nette. Il s’agit d’explorer comment la société et l’industrie peuvent améliorer la résilience, renforcer la biodiversité, permettre une économie plus circulaire et répondre à d’autres priorités importantes tout en essayant d’atteindre le zéro émission nette.

Selon Elizabeth, la clé est de comprendre que pour parvenir à un avenir plus durable, il faut une approche à plusieurs volets qui ne se limite pas à la réduction des émissions, mais qui s’appuie également sur des solutions naturelles pour capturer et stocker le carbone.

« Nous ne pouvons pas perdre de vue les priorités en matière de durabilité que nous devons faire progresser en tandem avec l’atteinte du zéro émission nette », dit-elle. « Il ne s’agit pas de zéro émission nette en isolation. Il ne s’agit pas de la biodiversité de manière isolée. Il ne s’agit pas de la conservation de la nature ou de l’adaptation au changement climatique de manière isolée. Toutes ces questions et défis sont intrinsèquement liés. »

Les solutions fondées sur la nature offrent des possibilités qui peuvent être incorporées sur la voie du zéro émission nette, comme l’utilisation de puits de carbone naturels et autres procédés écologiques pour séquestrer le carbone. Ces solutions en particulier sont très importantes pour les efforts de développement durable du Canada étant donné que l’économie du pays s’est traditionnellement appuyée sur l’extraction des ressources naturelles, l’agriculture et la foresterie, explique Elizabeth. En effet, ces secteurs reposent en grande partie sur l’environnement naturel du pays et représentent dès lors un potentiel incroyable pour tirer profit directement de la nature afin d’atteindre des objectifs de durabilité communs.

« Pour moi, c’est ce qui rend la nature si enthousiasmante. La nature est une pièce essentielle du casse-tête pour trouver une solution. Il nous faut identifier des moyens de travailler avec elle et d’exploiter cette puissance », affirme Elizabeth.

Les entreprises sont également de plus en plus conscientes du fait qu’investir dans des solutions fondées sur la nature peut être bénéfique pour leurs résultats financiers. Ultimement, les solutions basées sur la nature créent des opportunités commerciales durables à plus long terme qui sont en phase avec les tendances actuelles des marchés mondiaux. Elles permettent aussi aux entreprises et aux sociétés de faire preuve de leadership et d’innovation.

Selon Elizabeth, l’un des défis auxquels sont confrontés de nombreuses entreprises et investisseurs est de comprendre pleinement comment mesurer les possibilités environnementales et économiques offertes par les solutions fondées sur la nature. Les chefs d’entreprise veulent être mis en relation avec les programmes basés sur la nature qui conviennent à leur réalité et qui peuvent contribuer à répondre à leurs besoins spécifiques. Mais ils ne savent pas nécessairement comment se procurer ces solutions.

« Comment peuvent-ils savoir si les organisations ou les solutions dans lesquelles ils investissent représentent les bonnes opportunités net-zéro ? » dit-elle. « Il faut être au fait des mesures et données significatives. Par quels moyens évaluer avec assurance l’opportunité net-zéro qui se trouve devant soi? »

Les retombées des politiques issues de forums internationaux tels que celui de la Taskforce on Nature-related Financial Disclosures (TNFD) sont essentielles pour le monde de l’investissement, affirme Elizabeth. Le TNFD travaille sur un cadre volontaire qui offrira aux entreprises de meilleures informations pour intégrer les risques et opportunités liés à la nature dans leur planification stratégique, leur gestion des risques et leurs décisions d’allocation d’actifs. L’objectif est de soutenir une transition économique vers des résultats positifs pour la nature, tout en fournissant aux investisseurs des certitudes sur la manière d’évaluer les bénéfices possibles et les enjeux potentiels rattachés à la nature.

« Ces initiatives mondiales représentent un certain nombre d’entreprises et de gouvernements qui se réunissent pour convenir d’une approche standard. C’est un élément primordial pour inciter à l’action. Les lignes directrices de la TNFD sont essentielles pour l’univers de l’investissement, car les investisseurs désirent se sentir en confiance et atténuer leurs risques », explique Elizabeth.

« On voit la même chose avec la Task Force for Climate-Related Financial Disclosure. Elle a créé un précédent mondial. Cela se répercute sur ce que rapportent les entreprises aux investisseurs qui veulent pouvoir affirmer : ‘Oui, c’est une opportunité zéro émission nette. »

Même lorsque des mesures et des données explicites ne sont pas disponibles, Elizabeth fait remarquer que les entreprises ne doivent pas être paralysées devant la prise de décision. Pour progresser, il faut définir des objectifs, s’engager et passer à l’acte. Les entreprises peuvent faire preuve de leadership en étant les premières à agir et en donnant l’exemple, même avant la mise en place de cadres formels ou de réglementations officielles.

« Nous ne pouvons pas attendre les cadres d’évaluation ou les mesures parfaites, car il est nécessaire d’agir aujourd’hui », dit-elle. « Agir et faire partie de la conversation, c’est gagnant-gagnant ».

Impact

Changement climatique

Séquestre le carbone dans le sol pour contrer le changement climatique

Parlons de la manière dont vous pouvez créer une valeur partagée pour votre entreprise, vos clients et vos communautés.

Katherine Balpataky,
Directrice principale, Partenariats corporatifs

Plus de nouvelles